Tirages des tarots, astrologie ou voyance : votre nouveau site de voyance au féminin




 

Tout est Ephémère…

Nous naissons pour mourir…

Nous rencontrons les gens pour les quitter…

Nous possédons les choses pour les perdre…

Accepter cela rend les choses moins douloureuses...

Texte Tibétain

 

 

Bonjour Ă  tous,

 

C’est avec plaisir et enthousiasme que je vous retrouve en ce mois de mars 2017, mois de renaissance…

 

Vous l’avez probablement remarqué : les journées rallongent, le temps se fait plus doux, le soleil se montre plus audacieux et généreux, la corolle des premières primevères sort de terre et les oiseaux enchantent nos ballades de leurs gazouillis purs et mélodieux, aubade à la vie.

 

Les bourgeons des arbres jaillissent de partout et sont à l’apogée ; ces minuscules boutons sources de vie sont autant de belles promesses de fruits, de fleurs, de feuilles et de branches...

La nature est fine prête pour accueillir le printemps le 20 mars prochain... Et c’est toujours avec une certaine impatience que nous attendons ce moment magique, ce prodigieux réveil de la nature après la période hivernale.

Qui dit printemps dit également équinoxe, qui est le moment où le jour et la nuit ont la même durée, le soleil se trouvant à ce moment-là exactement à la verticale de l’équateur.

 

Le printemps symbolise la renaissance à la vie, au renouveau, à la vitalité, à la joie ; c’est la fête de la lumière qui s’intensifie jusqu’au 21 juin prochain.

L’arrivée du printemps est le moment propice pour se laisser porter et guider par la puissance des forces cosmiques bienfaitrices en présence, et d’entreprendre et de mettre en œuvre de nouveaux projets…

Tournons-nous maintenant vers l’Afrique et sa flore…

La jacinthe d’eau tout comme la fougère et la salade d’eau fait partie des plantes considérées comme « sales » qui menacent tout l’écosystème des lacs et des grands fleuves en Afrique.

 

En effet, en Afrique, la jacinthe d’eau, plante aquatique invasive des rivières dont les tiges forment des tapis flottants, a totalement ou partiellement envahi certains plans d'eau comme le lac Victoria, le plus grand lac d’Afrique.

Le lac Tchad, lac peu profond à cheval sur la frontière du Tchad, du Niger, Nigéria et du Cameroun, se trouve quant à lui également envahi et étouffé par la jacinthe d'eau qui, en quelques années, a recouvert 80% de sa surface. Cette plante invasive bloque les barrages, asphyxie les poissons, infecte l'eau et cause des inondations.

Bref, cette plante, initialement implantée pour sa beauté est devenue un fléau et une véritable catastrophe écologique.

Cette scène est également reproduite sur le lac Nokoué, dans le sud du Bénin. Ce plan d’eau de 339 hectares, alimenté au nord par la Sô, rivière qui communique au sud avec l’océan Atlantique, est envahi depuis une vingtaine d’années par cette plante aquatique. Sa prolifération perturbe la pêche, la circulation des marchandises et des personnes et favorise le paludisme.

Qu’à cela ne tienne, et afin de contrer ce fléau, une start-up au Bénin a décidé d’inverser la tendance invasive de la plante en utilisant ses propriétés et en la transformant en fibre dépolluante.

« La jacinthe d’eau est paradoxale, explique Fohla Mouftaou, pédiatre belgo-béninois et co-créateur de l’entreprise Green Keeper Africa. En quantité suffisante, elle filtre l’eau et c’est un puits de carbone. Mais en trop grande quantité, elle entre en putréfaction et libère des gaz à effet de serre. En ayant une action qui permet de rétablir l’équilibre, on garde seulement ses bienfaits. »

 

Rétablir l’équilibre et exploiter la jacinthe de façon économiquement viable et solidaire, c’est le défi qu’il a lancé il y a deux ans avec deux associés. Il a créé Green Keeper Africa (GKA), une start-up qui collecte et valorise les jacinthes d’eau.

Les jacinthes sont récoltées, séchées puis transformées de manière artisanale sans ajout chimique (500 tonnes récoltées en 2015). Avec ces jacinthes séchées, GKA fabrique des biofertilisants, des aliments pour animaux et une fibre absorbante pour les huiles et les hydrocarbures.

Pemex, la compagnie pétrolière publique mexicaine, utilise déjà ses propriétés filtrantes.

 

Transformée en poudre, la jacinthe peut même absorber une marée noire. « Ça nous intéresse de trouver ça ici au Bénin, témoigne le patron d’un groupe pétrolier. »

La jacinthe qui était initialement un fléau est devenue, rapidement, une ressource génératrice de dépollution, de création d’emplois et de revenus pour les habitants !!!

Intéressons-nous maintenant à Internet, pas si écolo que cela : L'énergie consommée pour Internet est très polluante. Greenpeace tire la sonnette d’alarme…

Le mail que nous envoyons, bien qu'immatériel de part son mode de transmission, n'est pas neutre sur l'environnement. Nos fichiers sont stockés dans des centres de données, les "data centers" qui sont de véritables gouffres énergétiques. Il en existerait plus de 2.300 dans le monde et ils sont extrêmement énergivores.

Notre perception erronée d’internet vient aussi du vocabulaire : nuages, virtuel, dématérialisé, … donne une fausse idée de légèreté au monde numérique.

"Si Internet était un pays, il serait classé dans le top 5 des plus gros consommateurs mondiaux d'électricité", explique Gary Cook, analyste du secteur informatique de Greenpeace. Et cela devrait s’intensifier, le trafic Internet devant tripler d'ici 2020 du fait d’une part de l'augmentation du nombre d'utilisateurs et d’autre-part de notre consommation personnelle de données.

 

Il apparait que les internautes consultent toujours plus de vidéos, et que ces dernières consomment bien plus d'énergie qu'on ne l'imagine. "La vidéo Gangnam Style, visionnée 2,7 milliards de fois sur la planète, a induit une demande d’électricité équivalente à la consommation annuelle d'une petite centrale", précise Gary Cook. Un chiffre aussi impressionnant qu'alarmant.

Certains géants de l'Internet, comme Apple, Google et Facebook, se sont engagés il y a déjà plusieurs années à faire fonctionner leurs "data centers" grâce aux énergies renouvelables.

Même si d'autres grandes entreprises, comme Amazon par exemple, doivent encore faire des efforts. Mais heureusement les internautes peuvent agir pour réduire leur consommation d'énergie avec des gestes simples, comme vider sa boîte mail, se désabonner des mails publicitaires indésirables, stocker ses photos sur un disque dur plutôt que sur un "cloud" ou encore regarder des vidéos en basse définition quand la HD n'est pas indispensable et ainsi redresser la barre.

« Près de 20 entreprises de l’informatique se sont déjà engagées à utiliser 100 % d’énergies renouvelables », rapporte Greenpeace. La célèbre ONG évalue également les géants asiatiques d’Internet. Ces derniers cherchent désormais à se développer au niveau mondial. Ainsi, Tencent, spécialiste chinois des services Internet et mobiles

est épinglé par Greenpeace. En effet, l’entreprise utilise 67 % d’énergies fossiles pour répondre à ses besoins donc peut mieux faire….

Ce mois- ci, mois du printemps oblige, c’est le passage à l’heure d’été : dans la nuit du samedi 25 mars au dimanche 26 mars 2017 à 2 heures du matin, il sera 3 heures.

Le passage à l'heure d'été fait perdre une heure de sommeil et décale de deux heures l'heure légale par rapport au soleil. Ce changement a lieu chaque année le dernier dimanche de mars.

Nous terminerons la gazette de ce mois-ci avec Socrate et sa Sagesse légendaire.

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute réputation de sagesse. Quelqu'un vint un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

"Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami ?"

- Un instant, répondit Socrate, avant que tu ne me racontes tout cela, j'aimerais te faire passer un test très rapide.

Ce que tu as Ă  me dire, l'as-tu fais passer par le test des trois passoires ?

- Les trois passoires ?

- Mais oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire. C'est ce que j'appelle le test des trois passoires.

La première passoire est celle de la vérité.

As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est vrai ?

- Non, pas vraiment. Je n'ai pas vu la chose moi-mĂŞme, je l'ai seulement entendu dire...

- Très bien ! Tu ne sais donc pas si c'est la vérité. Voyons maintenant. Essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté.

Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?

- Ah non ! Au contraire ! J'ai entendu dire que ton ami avait très mal agi.

- Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es pas sûr qu’elles soient vraies. Ce n'est pas très prometteur ! Mais tu peux encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l'utilité.

Est-il utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ?

- Utile ? Non pas réellement, je ne crois pas que ce soit utile...

-Alors, de conclure Socrate, si ce que tu as Ă  me raconter n'est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

Je ne veux rien savoir et, de ton côté, tu ferais mieux d'oublier tout cela !

 

A méditer et surtout… APPLIQUER !

 

A très bientôt,

 


Dernier article


©2018 EyesVoyance - est un site destinée aux arts divinatoires tels que l'Astrologie, la Cartomancie, les Médiums, la Numérologie, la Tarologie et la Voyance. L'utilisation du site est réservé ŕ une public adulte. L'ensemble de vos interlocuteurs vous garantissent une consultation téléphonique (ou tout autre support) totalement confidentielle et privée. Chaqu'un est tenu au secret professionnel le plus stricte et rigoureux.