Tirages des tarots, astrologie ou voyance : votre nouveau site de voyance au féminin




 Â« Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas, qu'elles sont difficiles... »

 

Sénèque

 

Bonjour à tous,

 

Ce mois-ci et jusqu’au 19 février, nous fêterons l’anniversaire des natifs du signe astrologique du « Verseau » reconnus pour leur esprit de fraternité et de solidarité.

 

Originaux et parfois excentriques, ils n’en sont pas moins déterminés et tenaces. Ils sont attirés et prédisposés à réussir dans l’électronique et l’ensemble des techniques de communication. Ils sont généralement dotés d’une belle imagination et d’un esprit créatif très développé qui sont des atouts majeurs pour les objectifs et les réussites qu’ils convoitent.

 

Alors, ami(e)s « VERSEAU » bon anniversaire !!!

 

Sans transition, intéressons-nous maintenant aux pesticides…

 

Pas loin de 1000 euros de pesticides sont consommés chaque seconde dans le monde, soit un marché d'environ 30 milliards d'euros.

 

En Europe, l'agriculture fait un usage important de pesticides pour lutter contre les insectes, les herbes ou encore les champignons. Mais leur toxicité ne se limite pas aux seules espèces que l’on souhaite éliminer...

 

En détruisant les parasites et les mauvaises herbes, les pesticides constituent un danger en nuisant à la santé et à l'environnement : intoxication et maladies pour les ouvriers agricoles ou employés des usines de produits phytosanitaires, infiltration dans les sols et empoisonnement de la terre, intoxication du produit traité (vigne, pommes, pommes de terre etc….) et de l’environnement (abeilles, oiseaux etc…).

Leurs effets néfastes sur la santé de l’homme ont été mis en évidence : troubles de la reproduction car ce sont des perturbateurs endocriniens, troubles pour le foetus, cancers, troubles du système nerveux.

 

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a estimé qu'il y a chaque année dans le monde 1 million de graves empoisonnements par les pesticides et 220 000 décès.

Pour remédier à cela, une jeune entreprise française a découvert une micro algue qui pourrait remplacer les pesticides notamment sur la vigne. En effet, cette algue microscopique produit une molécule dotée de propriétés biopesticides, susceptible de soigner la vigne sans produits chimiques.

 

Le nom de ce micro-organisme est tenu secret pour le moment, mais il serait capable dans un futur proche de remplacer de façon biologique les pesticides chimiques utilisés par la viticulture.

 

Le produit est biodégradable et serait sans incidence sur la vie de la plante. Outre le mildiou, maladie bien connue sur la vigne, l’algue s’attaque aussi au botrytis, l’autre grande maladie de la vigne. Elle serait également utile dans la culture de la tomate, la pomme de terre, le blé ou encore la banane.

 

Les essais actuels in-vitro sont concluants, il reste maintenant à les effectuer en plein champ. Ces essais en plein champ commenceront lors de la prochaine campagne viticole, en avril 2017.

 

Si les résultats sont confirmés, cela marquera une prodigieuse avancée respectueuse de l’homme et de l’environnement. En s’inspirant et en utilisant tout simplement ce qui est déjà présent dans la nature !!! Alors, à suivre….

 

Le 27 février prochain, c’est la journée internationale de l’ours polaire et l’occasion de découvrir cet animal emblématique dont le terrain de prédilection est la banquise....

L’ours blanc, souvent appelé ours polaire est avec ses 2 cousins, le Grizzly et le Kodiak le plus gros carnivore terrestre.

 

Son record de poids s’élève à plus de 1100 kg. La taille des mâles adultes peut atteindre 3 mètres alors que celle de la femelle oscille entre 1.80 et 2 mètres. Cet animal peut vivre entre 20 et 30 ans.

 

On considère l'ours polaire, qui passe davantage de temps sur la banquise que sur la terre ferme, comme un animal essentiellement marin. C'est d’ailleurs un excellent nageur et son endurance est remarquable puisqu’il peut nager plusieurs centaines de kilomètres sans s'arrêter.

 

Dans plusieurs régions de l'Arctique, l'ours demeure toute l'année sur la banquise. Ce n'est que là où la glace fond pendant l'été, qu'il est obligé de gagner la terre ferme en attendant que la banquise ne se reforme à l'automne.

 

Pour chasser, l’ours polaire se sert principalement de son odorat particulièrement développé. Il décèle ainsi les trous d'air des phoques, sous des couches de glace et de neige de 90 cm ou plus d'épaisseur, et ce, jusqu'à un kilomètre de distance. L'ours polaire est également très à l'aise sur la terre ferme où il peut courir à plus de 40km/h.

 

Actuellement, le réchauffement climatique et la fonte des glaces ont un impact désastreux sur la vie et l'habitat des ours polaires, devenus aujourd'hui une espèce plus que menacée. En effet, la glace de mer disparait de plus en plus, obligeant les ourses à emmener leurs petits et à effectuer des parcours toujours plus longs pour retrouver des morceaux de banquise intacts et ce, au péril de la vie de leurs oursons.

Selon une récente étude américaine conduite par l'US Geological Survey et des scientifiques du groupe de conservation Polars Bears International, au nord des côtes de l'Alaska et du Canada, dans la mer de Beaufort, une ourse polaire a parcouru près de 700 kilomètres à la nage pour rejoindre la plus proche étendue de glace. Un record bien triste pour son petit qui l'accompagnait et qui n'a pas survécu.

Cette distance record équivaut à celle séparant Washington et Boston aux Etats-Unis et que l’ourse a parcouru en neuf jours, selon les données de l'étude.

 

D’après le WWF, on dénombre actuellement entre 20 000 et 25 000 ours polaires dans le monde, dont la survie ne tient plus qu’à une mince couche de glace.

Outre la disparition de son habitat, l’ours polaire est également directement menacé par la raréfaction de son alimentation.

 

D’après les spécialistes, avec le réchauffement climatique, c’est près d’un tiers des ours polaires qui disparaitront d’ici à peine 40 ans…

 

Thème du mois : l’OPTIMISME

 

Tout d’abord, l’optimisme est un état d’esprit, une manière d’être, une façon de voir et d’appréhender les choses et les évènements de la vie de manière positive. C’est percevoir ce qui nous arrive et ce qui nous entoure de manière positive. C’est percevoir le verre à moitié plein et non à moitié vide.

 

Le fondement de l’optimisme remonte à Socrate (470-399 av. JC), puis Platon (428-348 av. JC) l’a repris et professé puis ce fut Aristote (385-323 av. JC).

 

Une personne optimiste a toujours tendance à voir « le bon côté des choses », à considérer que les événements, même fâcheux, prendront en fin de compte et quoi qu’il arrive une tournure positive, elle a la certitude que toute situation délicate et/ou difficile au départ, finit toujours par s’arranger, par se démêler, par se clarifier ; c’est cette conviction indéfectible que la personne optimiste perçoit et ressent au plus profond d’elle-même.

 

La bonne humeur et l’optimisme éloignent la négativité. Il est donc salutaire pour nous même et pour les autres d’augmenter notre consommation quotidienne en positivité et de nous engager dans des activités qui entraînent des sentiments de bien-être et de paix comme la méditation, le yoga, l’exercice, les clubs de rire, la marche, la peinture, le chant, et surtout, surtout, de venir en aide aux personnes en besoin par le biais d’associations ou autres.

 

En effet, de nombreuses études très sérieuses arrivent à cette même conclusion : les personnes qui aident les autres sont en meilleure santé et vivent davantage en harmonie avec elles-mêmes, elles parviennent à surmonter plus facilement les moments de crise. Le fait d’aider les autres ouvre le coeur, apporte de multiples satisfactions du simple fait de faire plaisir et d’aider quelqu’un d’autre et développe l’optimisme et la joie de vivre.

"Des attributs positifs tels que l’optimisme, la vitalité, le sens que l’on donne à sa vie et la satisfaction dans la vie sont immensément importants", écrit le psychologue Dr. Scott Barry Kaufmann dans un récent blog du magazine Scientific American sur l’optimisme et la santé cardiaque. "

Tout comme Barbara Fredrickson, l’une des chercheuses de longue date aux Etats-Unis et auteure sur les émotions, a elle aussi montré comment cultiver la positivité peut nous transformer au niveau cellulaire et façonner en fait qui nous sommes…

L’optimisme aide également à vivre le moment présent. Et comme le disait Winston Churchill :

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ».

 

Pour terminer cette gazette, je vous propose la découverte du magnifique livre « Adélie, terre & mer ».

Pour la première fois, Vincent Munier et le photographe sous-marin Laurent Ballesta sont partis ensemble pour découvrir les trésors naturels de la Terre Adélie, en Antarctique.

 

Vincent Munier a exploré la banquise et les colonies d'oiseaux, tandis que Laurent Ballesta s’est immergé sous la glace. Ils ont pu observer les manchots empereurs et les pétrels des neiges à l’air libre, ont eu le bonheur de plonger avec les phoques de Weddell et de découvrir l’étonnante et méconnue biodiversité des profondeurs antarctiques. Tous deux ont rapporté de ce voyage des images uniques, où la blancheur éclatante de la banquise contraste avec le bleu profond des fonds marins.

Résultat d'un exploit technique aussi bien qu'artistique, ce livre éblouissant est un très bel objet, réunissant deux recueils photographiques dans un luxueux coffret. Donc à lire ou à offrir…

 

 

A très bientôt, et d’ici là portez-vous bien !!!

 


Dernier article


©2018 EyesVoyance - est un site destinée aux arts divinatoires tels que l'Astrologie, la Cartomancie, les Médiums, la Numérologie, la Tarologie et la Voyance. L'utilisation du site est réservé à une public adulte. L'ensemble de vos interlocuteurs vous garantissent une consultation téléphonique (ou tout autre support) totalement confidentielle et privée. Chaqu'un est tenu au secret professionnel le plus stricte et rigoureux.