Tirages des tarots, astrologie ou voyance : votre nouveau site de voyance au féminin




 Ils ont voyagé sur les ailes de leur âme ...

 

On meurt et tout arrête ... Mais non!

C'est au contraire là que commence une incroyable aventure, de mieux en mieux documentée. Car les progrès des techniques de réanimation ramènent de plus en plus de patients passagèrement "morts" à la vie. Et ce qu'ils racontent avoir vécu "au cours

de la mort" est déjà décrit dans un livre t tibétain composé il y a mille trois cents ans...

 

Dans nos pays, la mort est ressentie  comme un échec médical, une ennemie, un vide terrifiant.

Mais savons-nous seulement ce qu'elle est? Juridiquement, en France, elle  se définit  soit  par l'arrêt cardiaque, soit par l'état de mort cérébrale, si l'on maintient artificiellement la respiration et les battements du cÅ“ur, en vue d'un prélèvement d'organe. Mais dans ce dernier cas, l'heure du décès mentionnée varie selon les hôpitaux! Elle peut coïncider avec l'entrée dans la salle d'opération, avec le clampage aortique (le chirurgien pince la plus grosse artère du corps pour stopper le flux sanguin) ou encore avec l'arrêt du respirateur artificiel.

 

MORTS? NON, DANS UN ÉTRANGE ENTRE-DEUX ...

Même aux yeux des médecins la mort n'est donc pas un Instant simple à déterminer, mais un processus qui a une durée, une transition entre deux états. A cet égard, les bouddhistes tibétains ont une supériorité sur nous. Depuis mille trois cents ans, grâce au grand maître Indien Padmasambhava le "Précieux Gourou" venu "Evangéliser" leur pays, ils recueillent les témoignages des personnes que l'on a cru mortes et qui sont revenues de cet étrange entredeux.  Ils ont beaucoup à nous apprendre ...

 

SENTIMENT DE FUSION AVEC LE COSMOS ...

Car pour un Occidental, qu'est ce que le contraire de la mort? La vie. Mais pour un bouddhiste tibétain, c'est la naissance. Pour lui, la naissance et la mort sont les deux portes opposées entre une incarnation et la suivante. C'est pourquoi Ils ont prêté une attention extrême à l'instant crucial delà mort, et aux expériences psychiques qui l'accompagnent. Il sont ainsi pu Instituer un rituel qu'il sont élaboré pendant des siècles. Quand quelqu'un meurt, leurs prêtres-médecins, les Ngagpas, s'adressent à haute voix au défunt pendant quarante-neuf jours. Ils lisent à la personne engagée dans ce voyage de l'âme le Bardo Thodol le livre des Morts, le sage Padmasambhava y décrit ce qui est vécu Intérieurement lors de la mort, la rencontre avec une lumière radieuse, mais aussi l'affrontement avec des démons effrayants, reflets de nos peurs...

Même si l'on peut être réticent à croire à la réincarnation, les étapes du voyage de la conscience racontées par le Livre des Morts troublent de plus en plus d'Occidentaux! Elles correspondent à ce que. "vivent" nombre de personnes passagèrement mortes.

Pour la première fois, une telle traversée de la mort est dépeinte en Images par Matthieu Blanchin, dans une bande dessinée qui vient de paraître, Quand vous pensiez que J'étais mort (Futuropolis). C'est son histoire, pleine de sens ...En avril 2002, l'auteur, après un mal de tête persistant, est transporté à l'hôpital. Sa femme s'obstine à le faire transférer en neurologie, lui que l'on avait dirigé vers le service de gastro-entérologie. Là, il est vite diagnostiqué en état de mort clinique. Sa femme avait raison, le dessinateur est en fait

victime d'un problème neurologique, une tumeur au cerveau. Opéré de justesse, il sombre dans un coma de dix jours. Et le dessine cet album autobiographique, en noir et blanc, nerveux et plein d'émotion, parait Idéal pour transmettre ces tribulations intenses, où le malade a le corps Inerte et l'esprit en révolution. Il navigue entre moments d'apaisement, sentiments de fusion indicibles avec le cosmos et cauchemars d'une violence inouïe, persécuté par un corbeau géant ou follement angoisse  par le rapt imaginaire de sa fille,  alors âgée de 2 ans. Autre prodige,  sort de son corps pour assister, en surplomb, aux soins qui lui sont donnés comme aux conversations que tiennent ses proches, en dehors de l'hôpital. Comment est-ce possible?

Au sortir de ce coma, Il lui a fallu l'aide d'un psychanalyste pour pouvoir rendre compte, en dessins, de cette épopée au plus près des sensations éprouvées ...

 

Des Hallucinations... Des angoisses...

Ce qui est en jeu? La nature de la conscience. Dans nos sociétés largement dominées par le matérialisme, le type d'expérience vécue par Matthieu Blanchin est catalogué par la communautés scientifique comme s'agissant d'hallucinations produites par un cerveau mourant, d'un effet des médications ou de l'angoisse de mourir. Mais... les temps changent. D'une part, les neurologues ont observé que la stimulation d'une petite zone du lobe temporal de notre cerveau provoque les décorporations évoquées par Matthieu Blanchin comme par des milliers d'autres patients.

D'autre part, l'amélioration des techniques de réanimation permet bien sûr de sauver de plus  en plus de vies, mais par la même occasionnelle multiplie les récits de mort approchée.

 

En  revanche, expliquer comment un malade inconscient peut se souvenir avec précision des paroles dites et des gestes effectués par les soignants reste un mystère... Mais à la fin des années 80, un cardiologue néerlandais, Pim van Lommel est Intrigué par différents témoignages de ses patients qui le déstabilisent. Il sent bien que les mots des  ressuscités · sont en partie impuissants à décrire leur ahurissante expérience.

 

Et puis, tous ces survivants font état de certaines constantes! Un état de conscience accru, une réalité proche du rêve mais toujours "plus vraie que le vrai", des émotions d'une force inouïe, la rencontre d'une lumière que l'on dirait constituée d'amour; et la possibilité de percevoir leur corps qu'ils ont "quitté "... Impossible, songe d'abord Lommel.

 

Lorsque le cerveau ne fonctionne plus, il n'y a plus de conscience possible. Pourtant. il continue des interroger. A tel Point qu'en 1991 il commencé étudier systématiquement les patients qui ont survécu à un arrêt cardiaque et pour lesquels il aura accès aux documents médicaux. Il aura donc en main des éléments fiables pour trouver la cause de ces expériences intérieures. Au bout de dix ans, Pim van Lommel a examiné, avec son équipe de chercheurs, 344 patients. Et les résultats qui a obtenus le bouleversent! 80 % des miraculés rapportent des phénomènes similaires sans qu'aucune explication physiologique, pharmacologique ou psychologique ne se dégage. Il semble qu'ils aient vécu un état de conscience plus intense que l'état de veille normal, alors même que l'activité de leur cerveau était annihilée! Alors, la conscience est-elle le produit du fonctionnement du cerveau ?

Après tout, rien ne le prouve, c'est juste une hypothèse admise. Et Lommel admet qu'il lui est devenu impossible d'y croire. Aussi formule-il une nouvelle hypothèse  Le Comment est-ce possible? Au sortir de ce coma, Il lui a fallu l'aide d'un psychanalyste pour pouvoir rendre compte, en dessins, de cette épopée au plus près des sensations éprouvées...le cerveau est juste un appareil de transmission! II reçoit de l'Information de la conscience et la transmet à notre corps, et inversement ri reçoit de l'information de notre corps et la transmet à notre conscience. J'appelle cette conscience "la conscience non localisée" explique-t il. Certains l'appellent l'expérience de la totalité, et d'autres l'appellent unité, parce qu'ils ressentent alors que tous les niveaux de réalité sont interconnectés. Les expériences mystiques exposées dans les textes religieux du monde entier s'y apparentent...

 

Connectés à une âme Universelle ...

C'est pourquoi Pim van Lommel choisi de nommer ceux qui rapportent de tels témoignages "mes instructeurs" de leur "voyage". Le médecin reste frappé qu'ils aient  appris trois choses!

- Qu'il ne faut pas avoir peur de la mort,

- que l'amour est la plus important,

- ils ont aussi développé une sensibilité plus intuitive.

Peut être la science est-elle timidement en train de rejoindre ce que nous ont toujours enseigné les traditions spirituelles. Que nos consciences individuelles sont des parcelles d'une âme du monde, créatrice de vie, et qu'expérimenter cette réalité nous transforme. Aujourd'hui, affirme le dessinateur Matthieu Blanchin, chaque seconde est une occasion précieuse de laisser jaillir ma joie d'être au monde.

 

Bonne lecture et belles fêtes a tous

Dernier article


©2018 EyesVoyance - est un site destinée aux arts divinatoires tels que l'Astrologie, la Cartomancie, les Médiums, la Numérologie, la Tarologie et la Voyance. L'utilisation du site est réservé à une public adulte. L'ensemble de vos interlocuteurs vous garantissent une consultation téléphonique (ou tout autre support) totalement confidentielle et privée. Chaqu'un est tenu au secret professionnel le plus stricte et rigoureux.